Cabinet Olivia SIGAL

Avocat à la Cour de Paris, spécialiste du droit de la sécurité sociale et de la protection sociale

Posts Tagged ‘AT’

Faute inexcusable et inopposabilité.by Olivia Sigal

L’inopposabilité à un employeur de la décision de prise en charge de la maladie professionnelle, quelle qu’en soit l’origine, ne fait pas obstacle à l’action récursoire de la caisse à l’encontre de cet employeur.

Les ayants droit d’un assuré décédé des suites d’une maladie professionnelle ayant engagé une action en reconnaissance de la faute inexcusable de l’employeur, celui-ci avait invoqué l’inopposabilité à son égard de la décision de la caisse de reconnaître la nature professionnelle de ladite maladie et du décès de l’intéressé.

Plus précisément encore, l’employeur avait fait valoir que la décision de la caisse de prendre en charge la maladie et le décès de son ancien salarié lui étant inopposable il n’avait pas à supporter les conséquences d’une éventuelle décision de reconnaître l’existence d’une faute inexcusable de sa part.

Les juges du fond ayant rejeté les moyens qu’il avait développé au soutien de cette demande d’inopposabilité, l’employeur a formé un pourvoi.

Il a reproché à la cour d’appel d’avoir déclaré recevable l’action récursoire de la caisse à son égard et de l’avoir condamné cette dernière à rembourser à la caisse les sommes dont l’organisme social devait faire l’avance au titre, d’une part, de l’action successorale des ayants droit relative à la majoration de rente, à l’indemnisation des préjudices personnels de l’assuré et du préjudice personnel moral de sa veuve et d’autre part de l’indemnisation du préjudice moral personnel des ayants droit.

Une discussion s’était alors engagée sur l’application des dispositions de l’article L.452-3-1 du code de la sécurité sociale.

Il faut ici rappelé que l’article 86 de la loi n°2012-1404 du 17 décembre 2012 de financement de la sécurité sociale pour 2013 a modifié les règles relatives aux suites des décisions retenant l’inopposabilité aux employeurs des décisions des caisses de reconnaître la nature professionnelle d’un accident.

Jusqu’à l’entrée en vigueur de cette loi, lorsqu’une telle inopposabilité était retenue, l’organisme social devait supporter seul l’intégralité la totalité de la charge financière liée à sa décision.

De façon pratique cela signifiait non seulement que la caisse ne pouvait répercuter le coût de l’accident sur l’employeur mais encore qu’en cas de reconnaissance de la faute inexcusable de ce dernier, elle devait encore supporter seule la totalité des condamnations complémentaires prononcées par les juges.

Il n’en va plus de même depuis sa modification par l’article précité.

Aujourd’hui, l’article L.452-3-1 du code de la sécurité sociale permet aux caisses de faire supporter aux employeurs les conséquences financières de leur faute inexcusable et ce même lorsque la décision initiale de prise en charge leur est inopposable de sorte que l’accident du travail ou la maladie professionnelle n’affecte pas leur compte AT/MP employeur.

Ce texte prévoit en effet que :
” Quelles que soient les conditions d’information de l’employeur par la caisse au cours de la procédure d’admission du caractère professionnel de l’accident ou de la maladie, la reconnaissance de la faute inexcusable de l’employeur par une décision de justice passée en force de chose jugée emporte l’obligation pour celui-ci de s’acquitter des sommes dont il est redevable à raison des articles L. 452-1 à L. 452-3. ”

Le même texte précise que ces dispositions sont applicables ” aux actions en reconnaissance de la faute inexcusable de l’employeur introduites devant les tribunaux des affaires de sécurité sociale à compter du 1er janvier 2013. ”

Aussi, dans le cadre des instances engagées depuis cette date, l’employeur ne peut plus se prévaloir de l’inopposabilité à son égard de la décision de la caisse de reconnaître le caractère professionnel du sinistre pour échapper aux conséquences financières de sa faute inexcusable si l’inopposabilité qu’il invoque n’est pas le fruit d’une décision constatant l’absence de nature professionnelle de la maladie ou du décès.

L’employeur avait soutenu ici que ces dispositions ne pouvaient trouver application à l’espèce.

Au soutien de cette affirmation, l’employeur avait fait valoir, d’une part, que le refus initial de prise en charge qui avait été opposé par la caisse à l’action des ayants droit avait un caractère définitif à son égard de sorte que la caisse ne pouvait plus exercer son action récursoire.

L’employeur avait ajouté, d’autre part, que la cour d’appel aurait anormalement étendu le domaine dans lequel il y a lieu de faire application des dispositions de l’article L. 452-3-1 du code de la sécurité sociale.

Selon l’employeur, lorsque ce texte dispose que “quelles que soient les conditions d’information de l’employeur par la caisse au cours de la procédure d’admission du caractère professionnel de l’accident ou de la maladie, la reconnaissance de la faute inexcusable de l’employeur par une décision de justice passée en force de chose jugée emporte l’obligation pour celui-ci de s’acquitter des sommes dont il est redevable à raison des articles L. 452-1 à L. 452-3 ” il a pour seul objet de limiter la portée de l’inopposabilité de la décision de prise en charge lorsque celle-ci résulte d’une méconnaissance par la caisse de ses obligations d’information contradictoires préalables à la prise en charge.

L’employeur avait ajouté qu’en droit ce texte n’avait ni pour objet, ni pour effet de remettre en cause l’autorité de la chose définitivement décidée des décisions de refus de prise en charge notifiées par la caisse à l’employeur.

La caisse avait défendu à ces moyens en affirmant notamment que l’employeur procédait à une lecture bien trop étroite des dispositions de l’article L.452-3-1 du code de la sécurité sociale.

Elle avait souligné qu’il suffisait de lire les dispositions précitées pour constater que, le législateur n’avait pas affirmé que la seule inopposabilité qui devrait être ignorée ici serait celle qui résulte d’une méconnaissance par la caisse des règles du contradictoire à l’occasion de l’instruction du dossier.

C’est par un motif de pur droit qu’elle a substitué à ceux retenus par les juges du fond que la Cour de Cassation a rejeté le pourvoi de l’employeur.

Elle a, dans un premier temps, dit “qu’ayant pour objet exclusif la prise en charge ou le refus de prise en charge au titre de la législation professionnelle, de l’accident, de la maladie ou de la rechute, la décision prise par la caisse dans les conditions prévues par l’article R. 441-14 du code de la sécurité sociale, dans sa rédaction issue du décret n° 2009-938 du 29 juillet 2009, est sans incidence sur l’action en reconnaissance de la faute inexcusable de l’employeur. ”

Relevant ensuite ” que la cour d’appel était saisie d’une demande de la caisse tendant à récupérer, sur le fondement de l’article L. 452-3 du code de la sécurité sociale, les préjudices alloués à la victime et à ses ayants droit en réparation de la faute inexcusable de la société ” la Cour de Cassation a dit “qu’il en résulte que l’inopposabilité à la société de la décision de prise en charge de la maladie professionnelle ne faisait pas obstacle à l’action récursoire de la caisse à l’encontre de la société. ”

(Cass. Civ. 2ème 24 mai 2017, sur le pourvoi 16-17644).

AT Faute inexcusable – préjudice indemnisableby Olivia Sigal

A propos des préjudices indemnisables qui sont susceptibles de faire l’objet de demandes utiles de réparation par les victimes d’accidents du travail dus à la faute inexcusable de l’employeur, la Cour de Cassation rappelle « que le besoin d’assistance par une tierce personne après consolidation, indemnisé dans les conditions prévues par » l’article L.434-1 du code de la sécurité sociale «est un dommage couvert par le livre IV du code de la sécurité sociale. »

Aussi expose sa décision à la censure le juge qui décide d’indemniser l’assistance par une tierce personne après consolidation.

Pareille condamnation est rendue en méconnaissance des dispositions des articles L. 434-1, L. 434-2, L. 452-2 et L. 452-3 du code de la sécurité sociale.

Voir aussi sur ce point l’article sur la décision du conseil constitutionnel rappelant que « les dispositions de l’article L. 452-3 du code de la sécurité sociale, tel qu’interprété par le Conseil constitutionnel dans sa décision n° 2010-8 QPC du 18 juin 2010, ne font pas obstacle à ce qu’en cas de faute inexcusable  de l’employeur, et indépendamment de la majoration de rente servie à la victime d’un accident du travail ou d’une maladie professionnelle, celle-ci puisse demander à l’employeur, devant la juridiction de sécurité sociale, la réparation, non seulement des chefs de préjudice énumérés par le texte susvisé, mais aussi de l’ensemble des dommages non couverts par le livre IV du code de la sécurité sociale. »

logo-small1

(Cass. Civ. 2ème 19 décembre 2013, sur le pourvoi: 12-28930)

Accident du travail : la constatation médicale doit intervenir aussi rapidement que possibleby Olivia Sigal

Accident du travail : la constatation médicale doit intervenir aussi rapidement que possible

On a déjà vu à plusieurs occasion que c’est au salarié qui prétend avoir été victime d’un accident du travail, d’établir que cet accident est bien intervenu aux temps et lieu du travail.

C’est à cette condition qu’il va bénéficier d’une « présomption d’imputabilité » c’est-à-dire qu’il va faire peser sur l’employeur l’obligation de démontrer que les troubles ou lésions liés à l’accident ne sont pas imputables au travail.

Cette preuve – à la charge du salarié – ne peut bien évidemment pas résulter des seules déclarations de la victime. En d’autres termes, il ne suffit pas de dire ou d’écrire sur une déclaration d’accident du travail « il m’est arrivé tel ou tel accident » pour que la Caisse ou, plus tard, les juges considèrent que la réalité de l’accident est établie.

L’idéal pour le salarié est bien sur qu’il y ait un témoin qui puisse confirmer sa déclaration mais s’il n’y en a pas, un des moyens de démontrer qu’il y a bien eu accident aux temps et au lieu du travail est de le faire constater aussi rapidement que possible par une autre personne.

Ainsi, celui qui s’est blessé dans un atelier a tout intérêt à aller immédiatement faire constater sa blessure par un collègue ou par l’infirmière de l’établissement s’il y en a une …

Mais que doit on faire lorsque la blessure n’est pas physique mais morale ?

L’idéal est de faire constater cette blessure par un professionnel et ce le plus rapidement possible.

La Cour de Cassation vient de le rappeler à propos d’un litige opposant un salarié qui n’avait pu obtenir la reconnaissance de la nature professionnel d’un trouble psychologique dont il avait déclaré être atteint à la suite d’un événement survenu au temps et au lieu de son travail.

Son pourvoi formé à l’encontre de la décision refusant la prise en charge a été rejeté parce «qu’en dehors de ses propres allégations, le salarié ne fournissait aucun élément objectif venant corroborer ses déclarations, l’existence d’un certificat médical établi deux jours après les faits ne pouvant suffire … »

Un certificat médical établi le jour aurait certainement apporté un plus à son dossier.

Il ne faut donc pas hésiter à consulter aussi rapidement que possible après l’accident afin d’obtenir la prise en charge à titre professionnel de troubles ou lésions liés à un événement survenu aux temps et lieu du travail.

Cass. Civ. 2ème 7 avril 2011, sur le pourvoi: 09-17208

Olivia SIGAL avocat à la Cour de Paris URSSAF, cotisations sociales, accident du travail, maladie professionnelle

Website Design & Development for Lawyers by RebellionGeeks.com - Credits

top